24 août 2010

The show must go on

Des nouvelles?

J'ai rendu la chambre que j'occupais en colocation. En attendant de retrouver un toit, je squatte chez ma mère, que mes cartons et mes sacs sont en train de rendre folle.

J'ai bâclé terminé mon Mémoire ce matin, après m'être réveillée à 3h du matin. J'ai un jour de retard.

J'ai encore merdé au boulot. Mon ancienne boss est furax. Et ça craint, parce qu'elle détient mon année de Licence et mon salaire du mois d'août en otage. Ca m'apprendra à prendre les gens pour des cons (mais quand est-ce que cette leçon me rentrera dans la tête non de dieu?!!!).

Je monte à Gotham cet après-midi pour entamer un marathon locatif: 5 colocations au programme. Dans le tas, j'ai bien envie d'en annuler 2, parce qu'au téléphone, les colocataires potentiels avaient l'air complètement cramés.

Ironie du sort, je me retrouve à visiter des colocations à 2 pas de chez Jean De... Si ça se trouve, nous vivrons et nous travaillerons à 2 arrêts de métro l'un de l'autre sans jamais nous croiser!

Samedi matin, juste avant mon déménagement, portée par une sorte d'élan mystique dont je suis coutumière, je lui ai écrit un long mail dans lequel j'expose une analyse complète des mécanismes qui, d'après moi, nous ont menés tout droit dans le mur. Pas de réaction, pas de réponse. Je présume que je l'ai copieusement gavé avec ce mail de trop. Je m'en tiens donc au silence depuis cet envoi.

Mes crises de panique semblent s'atténuer. Mais je ressens encore un désagréable coup au coeur chaque fois que ma pensée l'effleure, ou qu'une chose me fait penser à lui. Et malheureusement pour moi, beaucoup de choses me font penser à lui: les gares et les trains, la nourriture asiatique, le vin, les cigares, la moindre note de musique classique me serre la gorge. Repérer une colocation à Gotham a été un calvaire dont chaque station de métro constituait une épine. Parce que oui, Gotham, c'est avant tout ce que j'ai vécu avec lui.

Aujourd'hui, pas le temps de pleurnicher ou de m'endormir, un long programme m'attend. D'ailleurs, tiens, je file sous la douche en attendant le prochain post qui, j'espère, annoncera enfin une bonne nouvelle!

Posté par commeuneheroine2 à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur The show must go on

Nouveau commentaire