13 avril 2010

Carpe Diem

J'ai vécu un weekend extraordinaire. Un de ces weekends tellement riches, tellement pleins, tellement intenses qu'ils laissent une grande traînée de lumière dans ta vie.

Sur l'instant, je me suis dit "retiens la sensation, tu es en train de vivre quelque chose d'exceptionnel, un moment que tu n'oublieras jamais".
Ca, c'est le deuxième effet "Jean De". Jean De a le don pour créer des instants lumineux, très intenses, kaléidoscopiques. Parce que c'est un artiste, parce qu'il vit à un rythme effréné, parce qu'il possède un sens aigu de la mise en scène et parce qu'il ne plaisante jamais sur la qualité. Il m'entraîne donc régulièrement sur le terrain de l'extrême, qu'il s'agisse de beauté ou de plaisir.

Malheureusement, j'ai beau avoir essayé d'enregistrer les images, les sons, les sensations, j'ai l'impression que le souvenir de ce weekend m'échappe déjà. J'ai l'impression qu'il s'agit d'un rêve, et non pas d'un moment vécu. Je n'arrive pas à croire que j'ai pu connaître tout cela pour de vrai.

Je revois les scènes. Je me revois à califourchon sur son corps nu, en train de le masser. Je nous revois en train de faire l'amour dans la pénombre. Je le revois sur scène, concentré sur sa musique. Je me souviens des notes qui claquent dans l'air, je me souviens des fous rires avec son ami pianiste, je me souviens de mon coeur qui bat, très fort, très vite, et de mes mains que se rassemblent en prière pour qu'il gagne. Je me souviens de la surprise, à l'annonce des résultats. J'ai tout gravé, soigneusement. Et pourtant, ces instants ne m'appartiennent déjà plus.

Dommage, j'ai vécu quelque chose de grand.

Posté par commeuneheroine2 à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Carpe Diem

Nouveau commentaire